La dépossession auditive

Le corps humain fonctionne mieux lorsqu’on l’utilise. Il fonctionne de manière optimale lorsque toutes ses parties s’entraînent à chaque jour que ce soit une promenade rapide dans le quartier, un entraînement en salle de gym, une baignade au chalet, etc. Le corps humain fonctionne selon le scénario “utilise-le ou perd-le” et il en est de même pour le système auditif.

La dépossession auditive consiste en une diminution importante de la capacité d’une oreille sans aide à reconnaître la parole et en une diminution de la capacité auditive générale causés par un manque de stimulation auditive. Autrement dit, la capacité du système auditif de traiter la parole diminue en raison d’un manque de stimulation (perte auditive). Avec la dépossession auditive, le cerveau perd graduellement de sa capacité de traitement auditif affectant ainsi la capacité auditive générale de la personne.

Lorsque vous subissez une chirurgie de remplacement de la hanche ou du genou, les physiothérapeutes, le lendemain de l’intervention, vous encouragent à marcher. Il est prouvé que le plus tôt que vous faites travailler cette partie du corps en acier inoxydable, le plus vite sera la convalescence.

Les différents systèmes du corps (squelettique, sensoriel, musculaire et les autres systèmes) s’atrophient, deviennent plus faibles suite à une période prolongée de non utilisation. Par exemple, si vous commencez à courir, vous pourriez être courbaturé le lendemain de la première course. Il est plus efficace de commencer doucement et d’augmenter graduellement l’intensité de l’entraînement.


La perte auditive

La perte auditive est plus souvent graduelle ce qui fait qu’un problème auditif peut ne pas être reconnaissable avant un certain temps. En vieillissant, nos corps deviennent moins efficaces et les organes fonctionnent moins bien.

Une collection grandissante de recherches et des études détaillées indiquent que les personnes souffrant d’une perte auditive sont mieux aidées lorsqu’elles agissent rapidement afin de résoudre leurs difficultés auditives. Lorsque les nerfs auditifs et certaines parties du cerveau sont privés de son, ils ont tendance à s’atrophier ou à s’affaiblir avec le temps. Kral et al. (2000) ont trouvé des différences dans la structure neuronale du cortex auditif de cerveaux privés au niveau auditif en comparaison avec des cerveaux qui n’en étaient pas privé. Kral et al. (2005) ont découvert que le développement fonctionnel du cortex auditif dépend de l’expérience auditive. Turgeon et al. (1995) ont découvert que les neurones dans les colliculi inférieurs, une station relais clée dans les cortex auditifs primaire et secondaire, sont considérablement altérés par la privation auditive. Un manque prolongé de stimulation rend le processus de port de prothèses auditives plus difficile. On appelle cela la dépossession auditive, répertoriée pour la première fois en 1984 (Silman et al., 1992).

Plus récemment, des études ont noté le développement d’aires associatives du cortex auditif prenant en charge la fonction des aires endommagées du cortex auditif primaire grâce à une stimulation sonore. Ces aires, avec le temps, ressemblent au cortex auditif primaire puisqu’elles sont bien organisées en ce qui a trait à l’organisation de la fréquence.

La clé pour éviter la dépossession auditive et un effet indésirable sur l’ouïe est de garder l’appareil auditif actif et de ne pas laisser des parties de l’appareil auditif dormantes. Plus vite vous activez ces centres de l’appareil auditif et du cerveau aussitôt que vous détectez une perte auditive, plus grandes sont les chances d’entendre.


La perte auditive à lâge adulte et la dépossession auditive

On détecte souvent les problèmes auditifs chez les enfants plus rapidement puisqu’il existe des programmes au sein des unités des naissances afin d’évaluer les enfants à risque. Le fait de s’assurer qu’un enfant entend donne de meilleurs résultats en développement du langage. Notre capacité à parler découle de l’écoute des autres. Le plus tôt un enfant reçoit une prothèse auditive adaptée, le mieux c’est pour lui.

Chez les adultes, cependant, une perte auditive est généralement ignorée pendant plusieurs années. Il résulte de cette dépossession une situation où les voies auditives et les aires du cerveau sont privées de son ce qui crée une atrophie.

Chez les gens qui entendent normalement, le son qui est traité par le système auditif n’est en fait pas interprété comme son avant que les centres auditifs du cerveau soient activés. Les centres du cerveau ne font pas qu’interpréter le son en lui-même, mais aussi son emplacement et sa proximité.

Des centres du cerveau sous-stimulés et sous-utilisés tendent aussi à s’affaiblir et à s’atrophier suite à une dépossession auditive. Un système auditif dysfonctionnel ne fournissant pas la bonne information aux centres auditifs du cerveau pour l’interprétation va s’atrophier avec le temps en raison d’un manque de stimulation. Siegenthaler et Craig (1981) et Hurley (1999) ont décrit l’effet de la dépossession auditive tardive sur la capacité discriminative de la parole lorsqu’un individu a une perte auditive dans les deux oreilles et que seulement une oreille a été amplifiée. On a noté une diminution significative de la capacité à reconnaître la parole dans l’oreille n’ayant aucune aide et cette déterioration a été illustrée au cours des quelques années suivantes.

Plusieurs recherches démontrent qu’en rattachant la diminution de la capacité à reconnaître la parole avec l’oreille sans aide, il y avait peut-être une petite augmentation dans l’oreille avec prothèse que l’on appelle acclimatation (Gatehouse, 1989). Prendre pour acquis qu’à la fois la dépossession et l’acclimatation existent suggère que la plasticité ou une réorganisation neurale se produit dans le système auditif. En termes simples, cela signifie qu’une réorganisation neurale se produit lorsque les structures du système auditif changent ou se détériorent. La recherche actuelle montre que la plasticité neurale peut se produire, même chez des patients plus âgés. De nouvelles structures du cerveau peuvent se développer pour remplir la fonction d’aires endommagées. Ces aires, à l’aide d’une stimulation sonore adéquate, s’organisent de façon spatiale de base à haute fréquences, semblable au cortex auditif primaire.

La mesure dans laquelle la dépossession auditive tardive se produit varie et dépend grandement du degré de perte auditive d’un individu. Gelfand et al. (1987) ont observé les résultats de discrimination de la parole d’individus malentendants ayant une perte auditive à des degrés divers et ils ont découvert que dans les cas de perte auditive sensorineurale faible, modérée et sévère, il existait une chute moyenne dans les résultats de discrimination de la parole de 7% pour l’oreille sans prothèse et de 4% pour l’oreille avec prothèse. Chez un individu avec une perte auditive importante, on a noté une chute de 40% (Dillon, 2001). Une étude a démontré une différence de 30% au niveau de la compréhension de la parole chez des individus avec une perte conductive symétrique entre une oreille avec prothèse et l’une sans prothèse.

Au départ, les chercheurs se sont penchés sur la différence entre des oreilles avec prothèses vs sans prothèses chez des personnes ayant une perte auditive de modérée à sévère et ils ont découvert une détérioration semblable du côté sans prothèse. Plus récemment, on a observé ces changements avec des pertes auditives de niveau plus faible (Gelfand et al., 1987, Hurley, 1993). Hurley (1999) prétend qu’après une analyse comparative d’études existantes plus la perte auditive est importante, plus l’effet sur la dépossession auditive est grande.


Les sons autres que la parole sont-ils aussi touchés?

Les différences autres que la parole entre les oreilles avec et sans prothèses auditives ont aussi été observées. Robinson et Gatehouse (1995) ont découvert que la discrimination de l’intensité est meilleure avec les prothèses auditives que sans prothèses pour les sons puissants. Cependant, pour les sons plus faibles, l’oreille sans prothèse a mieux performé que l’oreille avec prothèse. Autrement dit, les oreilles performent mieux pour les niveaux de sensation qu’ils recoivent d’ordinaire.


Est-ce réellement de la dépossession auditive?

Dillon (2001) prétend que le phénomène de diminution de la capacité de discrimination de la parole est plus complexe qu’un simple manque de stimulation. Gelfand et al. (1987) ont remarqué que les personnes avec des niveaux d’ouïe semblables dans les deux oreilles n’utilisant pas de prothèses auditives observent un petit effet de dépossession. Hood (1984) a démontré que les personnes avec une mince différence de niveau d’ouïe entre les deux oreilles ont souvent démontré une nette différence dans leur capacité à discriminer la parole notamment chez les personnes souffrant de la maladie de Ménière. On voit aussi cela régulièrement dans nos cliniques chez les personnes atteintes de la maladie de Ménière. Hood affirme que la reconnaissance de la parole par une oreille endommagée dans un cas de perte unilatérale est plus susceptible d’être pire que la compréhension de la parole au même niveau de perte chez un individu avec une perte symétrique bilatérale. Dillon prétend que ces résultats sont un indicateur qu’une oreille devient plus dominante pour l’intelligibilité de la parole puisque l’autre oreille est à l’origine quelque peu inférieure. Il suggère aussi que l’infériorité initiale pourrait être causée par le fait qu’une seule oreille soit aidée dans une perte auditive légèrement asymétrique. Gatehouse (1989) affirme qu’une oreille sans prothèse peut en fait faire preuve d’une meilleure capacité de discrimination de la parole lorsque les deux oreilles entendent une parole sous un niveau d’isosonie confortable et avance que le cerveau est plus habitué à recevoir des signaux de bas niveau pour l’oreille sans prothèse que pour l’oreille avec prothèse. Lorsque l’oreille sans prothèse entend des signaux de faible niveau, elle est peut-être simplement meilleure à les gérer.

Dillon (2001) suggère un terme qui serait plus approprié que la dépossession auditive soit l’infériorité auditive, inactivité auditive ou oreille paresseuse. De plus, il affirme que le terme dépossession est utile puisque la cause sous-jacente est un résultat inadéquat de la cochlée ou de l’organe de l’ouïe. Dieroff (1993) a démontré que les résultats de la parole avec écouteurs pour les oreilles sans prothèses chez les personnes avec des pertes conductives symétriques étaient 33% plus bas que les résultats d’oreilles avec des prothèses normales ce qui suggère que l’atténuation de signaux antérieurement au niveau de la cochlée est la preuve que la dépossession auditive peut se produire ou se produit.


Les causes fréquentes de dépossession auditive chez les adultes

Une personne qui fait le choix d’ignorer ses problèmes d’ouïe et qui ne soigne pas sa perte auditive avec des prothèses auditives verra les nerfs et les aires de son cerveau privés de stimulation et s’affaiblir graduellement. La recherche a fait la preuve de façon constante que lorsqu’il y a une perte auditive dans les deux oreilles et que seulement une des oreilles a une prothèse, le nerf auditif de l’oreille sans prothèse pourrait s’atrophier ce qui pourrait résulter en dépossession auditive. Cette situation asymétrique fait qu’une oreille gère plus d’activité d’écoute que l’autre ce qui a pour résultat que l’oreille sans prothèse s’affaiblit avec le temps. Silman et al. (1992) ont démontré la dépossession chez une personne avec des niveaux d’ouïe sensorineurale symétriques, ayant seulement une prothèse auditive à priori puis une deuxième prothèse beaucoup plus tard. Suite à la pose de la deuxième prothèse auditive, la capacité de reconnaissance des mots de la deuxième oreille s’est grandement améliorée. Il a attribué ce phénomène de rétablissement de dépossession à l’âge adulte à l’utilisation de prothèses auditives et à la stimulation du système auditif.

Le consommateur qui désire simplement économiser de l’argent en n’achetant qu’une seule prothèse pourrait en fait causer plus de tort. Le port de deux prothèses auditives ne convient pas à tous. Dans nos cliniques, nous suivons un protocole d’évaluation de l’efficacité de la pose d’appareillage binaural. Si deux prothèses auditives vous sont plus appropriées et que vous optez d’amplifier juste une oreille, l’oreille sans prothèse va graduellement perdre de sa fonctionnalité. Lorsque vous achèterez une deuxième prothèse, il sera plus difficile pour l’oreille sans prothèse de s’adapter au son. De plus, avec l’utilisation d’une seule prothèse lorsque deux prothèses sont recommandées, les changements neuronaux nécessaires pour une ouïe optimale ne se produisent pas.

Il existe d’autres causes de dépossession notamment une invalidité conductive unilatérale, une perte auditive mixte ou une prothèse auditive inadéquate ou un manque de suivi.

Il y a plusieurs causes de dépossession auditive et aucune pénurie de gens qui en souffrent. Cette situation entraîne un affaiblissement du système auditif dans son entier.


Que peut-on faire pour éviter la dépossession auditive?

Plusieurs études indiquent que le système auditif peut se remettre des effets de la dépossession auditive. Quelques auteurs ont décrit les effets de la dépossession auditive en indiquant que cela peut se produire aussi tôt qu’après sept mois de port d’une prothèse auditive dans une seule oreille pour une perte auditive bilatérale (l’oreille qui porte la prothèse auditive tend à faire tout le travail laissant ainsi l’autre oreille sans prothèse sans rien à faire).

Alors que la chronologie exacte de la dépossession auditive demeure inconnue, il semble y avoir un consensus à l’égard des résultats individuels sur la parole pouvant diminuer de façon significative entre sept mois et 5 ans. Une étude de 1995 a révélé que même après l’apparition de la dépossession auditive, plusieurs patients peuvent retrouver leur capacité à comprendre la parole lorsqu’ils portent un instrument auditif dans l’oreille atteinte. D’autres études indiquent que “la résolution de la dépossession auditive est généralement significative mais incomplète suite à une amplification binaurale”. En d’autres termes, le système auditif peut s’améliorer à l’aide de deux appareils auditifs, mais il peut y avoir quelques effets résiduels en raison d’une négligence à s’être attaqué au problème immédiatement.

Ainsi, le plus tôt la perte auditive est reconnue, le plus tôt une personne reçoit un traitement pour cette perte auditive, plus grandes seront les chances de succès à long terme.


Quel est le niveau damélioration de compréhension de la parole auquel je peux mattendre?

La grande majorité des études portant sur les améliorations dans les résultats en reconnaissance de la parole à la suite d’une action corrective ont montré une augmentation significative.

Silman et al. (1992) et Silverman et Silman (1990) ont remarqué que des augmentations dans la capacité à reconnaître la parole ne se produisaient pas toujours. D’autres recherches ont noté des améliorations de 40% dans les oreilles sans prothèses auditives. Gelfand (1995) et Hurley (1993) ont remarqué que la guérison à quelque degré que ce soit n’est pas garantie. Quelques études n’ont relevé qu’une guérison partielle dans la capacité à reconnaître la parole (Gelfand, 1995 et Hurley, 1993). Gelfand (1995) a remarqué que les individus ayant un début rapide de dépossession auditive auront une amélioration plus rapide avec une intervention adéquate.


Que puis-je faire?

La recherche montre clairement que plus longtemps vous ignorez la perte auditive, plus difficile elle sera à soigner. Le plus tôt vous vous occupez de la perte auditive à l’aide de prothèses auditives, meilleur sera votre résultat avec les prothèses auditives et l’adaptation aux prothèses auditives. Le meilleur moyen contre la dépossession auditive reste tout de même de prendre les mesures nécessaires afin de simplement l’éviter.

Certaines personnes peuvent abandonner le port d’une seconde prothèse auditive trouvant le son de moindre qualité qu’avec une seule prothèse (Hurley, 1993). La recherche indique qu’après un certain temps, le rétablissement de la reconnaissance de la parole se produit à un certain degré. Il est donc important de persévérer avec les deux prothèses auditives.

Chez plus de 50% des personnes ayant une perte auditive, la perte se situe dans les deux oreilles. Généralement pour ces personnes, les deux oreilles sont nécessaires afin d’entendre de façon optimale (veuillez consulter nos renseignements sous la rubrique Renseignements au consommateur dans « Est-ce que deux oreilles valent mieux qu’une » puisqu’il existe des exceptions à cette règle). Il est important de s’assurer que votre ouïe/système auditif soit stimulé et non dépourvu de son. Consultez l’un de nos professionnels si vous suspectez une perte auditive. Les prothèses auditives amélioreront votre qualité de vie en général et votre capacité à entendre. Cependant, elles doivent être ajustées à votre perte auditive. Il est essentiel de passer des évaluations audiologiques annullement afin de prendre en considération tout changement dans votre niveau d’ouïe et afin de s’assurer que vos prothèses auditives soient ajustées optimalement selon votre perte auditive.

Aujourd’hui, les plus récentes prothèses auditives sont meilleures que jamais (légères, aux lignes pures, discrètes) et sont remplies d’avantages rendant l’ouïe de nouveau agréable. L’ouïe est un sens vital nous gardant relié au reste du monde. Le plus tôt vous agissez lorsque vous suspectez une perte auditive, meilleur sera le pronostic pour votre ouïe et votre qualité de vie.